Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Sécheresse 2019
55 % de dégrèvement TFNB pour les prairies

La préfecture vient de faire connaître les taux de dégrèvement sur les taxes foncières décidés pour l’Indre-et-Loire suite à la sécheresse. Avec la sécheresse et la canicule de l’été 2019, les revenus dégagés par les maïs et prairies sont faibles ou déficitaires.

La loi prévoit que, lorsqu’il y a une calamité, l’exploitant bénéficie d’une réduction, un dégrèvement sur la taxe sur le foncier non bâti correspondant aux surfaces sinistrées. Cet automne, une fois les récoltes terminées, l’UDSEA et la chambre d’agriculture ont demandé la mise en place de ce dégrèvement auprès de la préfète et de l’administration fiscale. La préfecture vient de faire connaître sa décision après concertation entre la DDFIP (administration fiscale) et la DDT.

 

Compte tenu de la forte sécheresse, des pertes de revenus qui y sont liées et des difficultés de l’élevage, le taux de dégrèvement sera de 55 % pour les parcelles cadastrées en P comme « Pré » pour tout le département, sauf le Richelais (taux de 35 %).

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Un plan conséquent de soutien à l’économie
L’état et la région Centre Val de Loire se sont accordés pour mettre sur pied un plan de survie des entreprises fondé dans un premier temps su
Covid-19 : les filières tiennent mais grincent
Hissées sur le piédestal de la République, les filières agro-alimentaires remplissent du mieux qu’elles peuvent leur mission : fournir les ass
Horticulture-pépinière : un printemps au goût amer
Le coronavirus déstabilise beaucoup de secteurs économiques.
Filière vin : un printemps de menaces majeures
Avec 1,3 milliard de chiffre d’affaires annuel, ses 3 700 opérateurs, des dizaines de coopératives et 340 négociants, la filière viticole est
Que faire quand le Covid-19 est là ?
Dès la fin de semaine dernière, des employeurs ont signifié la présence de cas de salariés atteints par le Covid-19.
Publicité