Aller au contenu principal

Chenin mousseux : viser l’optimum de maturité

La tendance vers des raisins pouvant atteindre l’optimum de maturité se confirme encore cette année. Mais les façonneurs de vins de base auront tout intérêt à récolter avant.

Philippe Gabillot, oenologue de la chambre d'agriculture 37

La vigne a soif mais la vigne est belle en Touraine. A quelques semaines des vendanges, une ambiance fébrile gagne le vignoble et une question taraude les vignerons des deux rives à Vouvray et Montlouis. Quand commencer ? La question gagne les esprits. Si en pays cabernet les têtes restent sereines, la décision est plus délicate en secteur chenin. Tantôt sec, demi-sec ou moelleux, ce cépage roi du Val de Loire se destine surtout aux fines bulles.

 

Or, la finesse et la fraîcheur d’un mousseux découlent d’un choix de maturité précoce du raisin bien connu des Champenois, qui vendangent toujours avec une relative verdeur. Et ce qui fait leur succès car les vins, acides mais aromatiques, par la magie de la refermentation close, mutent en excellents effervescents. Autant d’éléments qui incitent la chambre d’agriculture à maintenir en place le réseau maturité chenin initié par l’IFV d’Amboise en 2016 pour trois ans de collecte de données.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Le sans soufre à pas comptés
AOC BOURGUEIL & ST NICOLAS DE B/ Vigneron de Benais en Touraine Val de Loire, Vincent Delanoue, après plusieurs tests de vinification sans
Treize nouveaux apprentis viticoles à Amboise
Depuis le 10 janvier, treize adultes sont engagés dans la formation « ouvrier qualifié viticole » au lycée d’Amboise.
Le sans soufre avec précautions
Vigneron de Benais, Vincent Delanoue, après plusieurs tests de vinification sans soufre, s’est lancé cette année grandeur nature sur 10 % de s
Nitrates : un nouveau tour de vis en prévision ?
Alors que de nouvelles règles viennent contraindre encore plus l’activité agricole, une évolution de la réglementation sur la pollution des ea
Déjouer les pièges d’une vinification sans sulfites
Vinifier sans soufre ajouté des raisins peu acides présente des risques.
Une stratégie sur mesure pour sortir des impasses
Des purs céréaliers cochant la case retour à l’élevage laitier, le fait est suffisamment exceptionnel pour être relevé, d’autant que ce n’est
Publicité