Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Aides ovines et caprines
Dernière échéance le 31 janvier

En 2019, les éleveurs ovins peuvent bénéficier d’une aide d’environ 21 €, plus 2 € pour les 500 premières brebis. Une majoration « nouveau producteur » d’environ 6 € par animal a été réintroduite. Pour les éleveurs caprins, l’aide unique est estimée à 16 €/tête.

Comme tous les ans, les éleveurs de chèvres et brebis devront faire leur demande d’aides PAC au plus tard le mercredi 31 janvier 2019 et ce, uniquement par télédéclaration. En 2019, il devrait y avoir une avance de 50 % de l’aide mi-octobre et le solde sera réglé début décembre.

Réintroduction de la majoration « nouveau producteur »

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Pendant le confinement, les ventes d’oeufs se sont envolées
Confinés, les Français ont acheté en masse farine et oeufs. Des aliments de base pour cuisiner, quand la restauration hors foyer s’arrête.
Vers un rebond du lupin blanc ?
Le lupin libère le phosphore.
Changement climatique : l'adaptation nécessaire des bâtiments
Le climat change et les équipements doivent suivre pour faire face à de nouvelles situations.
Tours de manège fatals aux corbeaux
Et pan sur l’apex…et PAN-PAN sur le bec. Quand le cauchemar du petit tournesol devient une tragédie de corneilles.
Fourrages : une campagne précoce plutôt bien lancée
Les rendements en quantité sont dans l’ensemble très corrects, et la valeur alimentaire semble là aussi.
La filière laitière appuie sur les freins
Le monde du lait est tout entier mobilisé pour revenir à la normale avec le moins de dégâts collatéraux possible.
Publicité