Aller au contenu principal

Exportations de vin : le Royaume-Uni, un marché majeur

Le marché britannique va-t-il rester un Eldorado ouvert aux vins français après le Brexit ? Probablement, même si bien des incertitudes pèsent sur sa dynamique. Dans ce contexte, les vins de Loire se positionnent sur un créneau porteur plutôt favorable à leur avenir outre-Manche.

La photographie du marché anglais dispensée lors d’une visioconférence Interloire laisse bien des raisons d’espérer sur ce marché de proximité malgré le retour de formalités douanières. Selon Sopexa, trois raisons érigent le Royaume-Uni en marché mature : 8 adultes sur 10 y boivent du vin ; sixième marché mondial pour la consommation, c’est aussi le second importateur mondial en volume et en valeur.

 

Malgré le réchauffement climatique et de nouvelles plantations, Albion est très loin de couvrir la demande d’une population ouverte sur les vins du monde. La Grande Bretagne compte un demi-millier de domaines produisant aux deux tiers des effervescents. Mais ce sont essentiellement des tranquilles qui ont la faveur des Britanniques. Ils en boivent plus de 12 millions d’hectolitres par an.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Le sans soufre à pas comptés
AOC BOURGUEIL & ST NICOLAS DE B/ Vigneron de Benais en Touraine Val de Loire, Vincent Delanoue, après plusieurs tests de vinification sans
Treize nouveaux apprentis viticoles à Amboise
Depuis le 10 janvier, treize adultes sont engagés dans la formation « ouvrier qualifié viticole » au lycée d’Amboise.
Le sans soufre avec précautions
Vigneron de Benais, Vincent Delanoue, après plusieurs tests de vinification sans soufre, s’est lancé cette année grandeur nature sur 10 % de s
Nitrates : un nouveau tour de vis en prévision ?
Alors que de nouvelles règles viennent contraindre encore plus l’activité agricole, une évolution de la réglementation sur la pollution des ea
Déjouer les pièges d’une vinification sans sulfites
Vinifier sans soufre ajouté des raisins peu acides présente des risques.
Une stratégie sur mesure pour sortir des impasses
Des purs céréaliers cochant la case retour à l’élevage laitier, le fait est suffisamment exceptionnel pour être relevé, d’autant que ce n’est
Publicité