Aller au contenu principal

Innovation
Fromage, savon, glace et crotte de bique

Elle a plus d’un tour dans son sac la petite chèvre de Touraine. Non contente d’être la source d’un
grand fromage, elle ne tarit pas d’idées pour donner aux hommes d’autres bienfaits.

A Crissay-sur-Manse, la Biquette éponyme se fait glace ou savonnette, rafraîchissant l’intérieur tout en lavant l’extérieur. Après avoir repris l’atelier fromager d’Evelyne et Philippe Ondet, Julien, leur fils, et sa femme Irina ont voulu imprimer leur marque et sortir d’une certaine routine fromagère en innovant. La ferme de la Biquette de Crissay élève, à Gruteau, 300 alpines calées à 900 kg de lait/an. Un troupeau haut de gamme de mères à boucs, qui bénéficie d’une sélection ancienne. Le couple s’emploie à maintenir ce précieux capital, la souche est reconnue par le réseau Cap Gène qui lui confère le label « éleveur-créateur ». L’élevage est pour l’instant hors sol, le couple achetant fourrages et grains à l’exploitation des parents qui cultivent toujours les terres. Toute la production fromagère est vendue en direct, chez des revendeurs, dans deux « Ruche qui dit Oui » (St Benoît et l’Ile Bouchard), sur quelques marchés et à la ferme. Pour alléger l’astreinte de la vente directe, un distributeur réfrigéré permet aux clients de venir à toute heure. La pose d’un second distributeur est envisagée sur l’île de l’Ile Bouchard.

Bulles de lait et glaces de chèvre

Voilà sept ans qu’Irina s’est formée à la fabrication de cosmétique avant de créer sa marque de savonnettes « Bulles de lait ». « Dans le savon, j’utilise jusqu’à 13 % de lait de nos chèvres, assemblé à des huiles végétales de colza, de maïs, de tournesol et, comme dans tous les savons traditionnels, de la soude », explique Irina qui s’est formée par le bouche-à-oreille, avant de procéder à des essais et affiner ses recettes. C’est un procédé à froid, à l’ancienne, sans colorant ni parfum ajouté. » Mais le lait de chèvre, c’est aussi bon glacé. L’occasion faisant le larron, les éleveurs ont profité d’une opportunité pour se lancer. « Un client pâtissier de la région parisienne prenant sa retraite vendait son matériel parmi lequel une machine à glace », confie Julien. Un équipement professionnel (> à 20 k€ neuf) acheté moins de 3 k€ qui, une fois qu’il a mélangé le lait entier et les ingrédients (sucre, oeufs, arômes), pasteurise le tout avant de glacer. Chaque cycle produit des lots de 6 à 8 litres. En petits pots ou en version familiale, la glace de la Biquette de Crissay reçoit un très bon accueil des clients, qui apprécient cette gamme appétissante proposée toute l’année. Les fêtes approchant, le couple projette de produire des bûches glacées et, cerise sur le gâteau, fabriquera aussi… ses fameuses crottes de bique. De délicieux petits chocolats au lait de chèvre vendus à la ferme, chez les clients boulangers et sur quelques marchés nocturnes. D’autres desseins sont en gestation autour de l’accueil à la ferme mais pour l’instant, motus tant que le projet n’est pas sorti du dédale de pensées innovantes d’Irina et Julien.  

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Une journée départementale caprine riche en informations pour les éleveurs

Mycoplasmes, déclarations de mouvements, point sur la filière AOP, subventions… Les éleveurs caprins ont fait le plein d’informations utiles lors d

Anticipation et flexibilité : deux leviers pour optimiser son pâturage

Optimiser sa ressource en herbe via une gestion serrée de son pâturage peut être source d’économie et d’amélioration de l’autonomie alimentaire du

« Il faut bien se préparer ! »

Les chambres d’agriculture 36 et 37 et la laiterie de Verneuil ont invité de futurs installés à visiter une exploitation à céder et une récemment r

Aides animales 2024 à demander sur Telepac

Les aides animales peuvent être demandées sur Telepac à partir du 1er janvier 2024

UNE NOUVELLE BERGERIE POUR UN CONFORT DE TRAVAIL AMÉLIORÉ

Le Gaec Dubus Derville, en élevage bovin et ovin à Chaillac dans l’Indre, utilise sa nouvelle bergerie de 250 places depuis un an.

Une reproduction gérée au cordeau, récompensée par un Sabot d’argent

Sur son élevage de limousines à Saint-Epain, Pascal Pastorino applique le principe d’un veau par an, avec des vêlages regroupés sur un mois et demi

Publicité