Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Glyphosate
Journalistes et parlementaires pisseurs volontaires

Vendredi 17 janvier, l'UDSEA 37 a organisé une campagne dépistage de glyphosate dans les urines. 

Vendredi 17 janvier à Tours, journalistes, parlementaires, agriculteurs se sont prêtés au test comparatif des méthodes d'analyse du glyphosate dans un laboratoire d'analyses de centre ville avant envoi des échantillons dans plusieurs laboratoires d'analyse en France et à l'étranger.

Le taux de la molécule y sera mesuré avec différentes méthodes (test Elisa et chromatographie couplée à la spectrométrie de masse) et sur différents publics:
     - des agriculteurs
    - des politiques: Sophie Auconie (députée), Daniel Labaronne (député), Serge Babary (sénateur) et  Pierre Louault (sénateur)
     -  et des journalistes: les mêmes personnes qui ont déjà participé aux précédents dépistages réalisés par les "pisseurs" de glyphosate.  

Invités eux aussi, les "Pisseurs volontaires" d'Indre et Loire ont étonnamment décliné l'invitation. Les "Pisseurs" n’ignorent pas que la référence est la spectrographie et que les analyses donnent des résultats non systématiques. Ils (les responsables nationaux) ont choisi un laboratoire coûteux (75 € et non 35 €) et avec une méthode contestée. Il leur aurait coûté le même prix de réaliser le test, avec la méthode reconnue, dans un laboratoire agréé. La référence de 0,1 µg/L(présence de glyphosate dans les urines) utilisée par les pisseurs pour marquer les esprits ne correspond à aucun risque sanitaire. L’Anses le rappelle. Pour l'UDSEA 37 (FNSEA) leur action ne relève pas d'un problème de santé publique mais l’organisation d’une pression, un lobby pour imposer, par la peur, un mode d’agriculture, de société.


Plus de détails sur le dossier de presse (voir lien de téléchargement) qui rappelle également les conclusions de l'ANSES sur le fait que le risque sanitaire vis à vis des résidus de cette molécule n'est pas avéré.

 

A lire et écouter aussi 

https://www.franceculture.fr/emissions/la-question-du-jour/epandage-de-pesticides-et-sante-que-dit-la-science

 

 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

A la Une de Terre de Touraine du 21 février 2020
L’édition papier reçue le vendredi (ou le samedi) dans la boîte aux lettres, est lisible dès le jeudi en version numérique, en fin d’après
L’attractivité, nerf de l’emploi
Les participants ont été captivés par les échanges, les conseils directement transposables sur l’emploi, développés lors de l’AG de la FNSEA 3
Ne pas oublier de transférer les DPB !
En cas de reprise de foncier ou de changement juridique intervenu sur votre exploitation, comme une création de société par exemple, il est im
« Mangez local, mangez Touraine ! », à Paris aussi
Jeudi 27 février, ce sera au tour des produits d’Indre-et-Loire d’être mis à l’honneur Porte de Versailles.
Loire Propriétés en fusion
Après ceux de Oisly, les sociétaires de la Sicavira ont accepté le 6 février le processus de fusion de leur coopérative au sein d’une seule en
L'enseignement agricole ou les atouts du savoir vert
Chaque semaine, la rédaction de Terre de Touraine est sur France Bleu Touraine pour un éclairage thématique . 
Publicité