Aller au contenu principal
Font Size

Glyphosate
Journalistes et parlementaires pisseurs volontaires

Vendredi 17 janvier, l'UDSEA 37 a organisé une campagne dépistage de glyphosate dans les urines. 

Vendredi 17 janvier à Tours, journalistes, parlementaires, agriculteurs se sont prêtés au test comparatif des méthodes d'analyse du glyphosate dans un laboratoire d'analyses de centre ville avant envoi des échantillons dans plusieurs laboratoires d'analyse en France et à l'étranger.

Le taux de la molécule y sera mesuré avec différentes méthodes (test Elisa et chromatographie couplée à la spectrométrie de masse) et sur différents publics:
     - des agriculteurs
    - des politiques: Sophie Auconie (députée), Daniel Labaronne (député), Serge Babary (sénateur) et  Pierre Louault (sénateur)
     -  et des journalistes: les mêmes personnes qui ont déjà participé aux précédents dépistages réalisés par les "pisseurs" de glyphosate.  

Invités eux aussi, les "Pisseurs volontaires" d'Indre et Loire ont étonnamment décliné l'invitation. Les "Pisseurs" n’ignorent pas que la référence est la spectrographie et que les analyses donnent des résultats non systématiques. Ils (les responsables nationaux) ont choisi un laboratoire coûteux (75 € et non 35 €) et avec une méthode contestée. Il leur aurait coûté le même prix de réaliser le test, avec la méthode reconnue, dans un laboratoire agréé. La référence de 0,1 µg/L(présence de glyphosate dans les urines) utilisée par les pisseurs pour marquer les esprits ne correspond à aucun risque sanitaire. L’Anses le rappelle. Pour l'UDSEA 37 (FNSEA) leur action ne relève pas d'un problème de santé publique mais l’organisation d’une pression, un lobby pour imposer, par la peur, un mode d’agriculture, de société.


Plus de détails sur le dossier de presse (voir lien de téléchargement) qui rappelle également les conclusions de l'ANSES sur le fait que le risque sanitaire vis à vis des résidus de cette molécule n'est pas avéré.

 

A lire et écouter aussi 

https://www.franceculture.fr/emissions/la-question-du-jour/epandage-de-pesticides-et-sante-que-dit-la-science

 

 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

A la Une de Terre de Touraine du 10 juillet 2020

Les abonnés à Terre de Touraine ont accès à la version numérique feuilletable le jeudi midi précédant la parution de la version papier en

Julien Denormandie, un agronome à l’Agriculture
À sa grande surprise, Didier Guillaume a été démis de ses fonctions le 6 juillet par le Premier ministre, pour être remplacé par Julien Denorm
Préparer un contrôle conditionnalité en ferme
Les éléments à préparer sur une exploitation pour un contrôle lié à la conditionnalité des aides sont différents selon l’organisme en charge d
Enquête sur les tests des « pisseurs »
Les anti-glyphosate québécois retiennent les mêmes éléments scientifiques que les agriculteurs français.
Cris d’alerte sur le glyphosate
Un courrier commun du réseau FNSEA vient d’être envoyé aux députés qui suivent le dossier glyphosate pour rappeler l’impasse qu’engendrerait s
La transformation de l’agriculture en ligne de mire
C’est le 21 juin que la Convention citoyenne pour le climat a rendu son rapport final.
Publicité