Aller au contenu principal

Covid-19
La filière laitière appuie sur les freins

Le monde du lait est tout entier mobilisé pour revenir à la normale avec le moins de dégâts collatéraux possible. Un consensus s’est dégagé pour réduire la production avec compensation, chacun voyant midi à sa porte.

De toutes les productions agricoles, le lait est l’une des plus affectées par la crise sanitaire. La fermeture de la restauration hors foyer, la mise au ralenti des exportations ont grandement désorganisé les circuits de fabrication et de commercialisation. Les entreprises stockent beurre, caillé, poudre, mozzarella…. Les frigos débordent, les stockages en températures négatives sont très recherchés. A chaque échelon, les acteurs de la filière lait s’accordent sur la nécessité de réduire la production et tous les regards se tournent… vers les producteurs.

 

La Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL) enjoint les producteurs à tempérer une production en pleine accélération printanière. Un fonds de solidarité interprofessionnel a été monté en urgence pour indemniser le volume de lait non produit. Thierry Roquefeuil, à la fois président de la FNPL et du CNIEL, a présenté un schéma de réduction de la production au mois d’avril fondé sur le volontariat, portant sur une baisse de 2 à 5 % par rapport au mois d’avril 2019. Objectif visé : une réduction de 30 millions de litres en avril, période où l’étable française produit 64 millions supplémentaires, soit + 3,3 % par rapport aux autres mois.

 

Mais pour la FNPL, un dispositif d’indemnisation collectif doit accompagner l’effort des volontaires. Celle-ci évoque un fonds d’indemnisation interprofessionnel de 10 M€ pour indemniser « ceux qui jouent le jeu » à hauteur de 320 €/1000 litres de lait. Le CNIEL attend l’accord de la Commission européenne. La profession espère aussi un geste des pouvoirs publics, notamment en appuyant leur revendication à l’UE. Car FNPL et CNIEL sollicitent aussi à Bruxelles de soutenir les entreprises stockant des produits laitiers au lieu de les déverser sur le marché, en versant des aides au stockage privé.

 

Pour Thierry Roquefeuil, « c’est vraiment une mesure exceptionnelle. La filière se prend en main, mais il faut que chacun fasse des efforts à son niveau. » En contrepartie de leur effort et de leur sens affirmé des responsabilités, les producteurs conditionnent leur baisse de production à l’engagement des collecteurs de poursuivre les tournées de ramassage sur tout le territoire, de maintenir les prix, « voire de les augmenter » pour compenser la modération des volumes produits.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Le Veau bio de Touraine arrive dans les cantines
Après le Grand bœuf en septembre 2021, la filière Veau bio de Touraine vient d’être lancée.
AEB INVESTIT LE MARCHÉ AGRICOLE
Les 71 millions d’euros de CA réalisés par l’entreprise AEB sont majoritairement issus du monde du BTP.
2022 : « une année de transition »
 L’abattoir de volailles et lapins du Sud Touraine est revenu sur une année riche en adaptations, lors de son assemblée générale.
Un beau potentiel mais un profil microbiologique délicat
On se dirige vers un millésime hors normes, très prometteur.
L’algue bleue valorise la chaleur du méthaniseur
Elisabeth et Erwan Couëtoux ont embarqué dans la production de spiruline en 2021.
Un engagement pour dynamiser l’activité locale
À Neuvy-le-Roi, une poignée de bénévoles se sont fédérés pour permettre au comité des fêtes de reprendre vie. Parmi eux, un agriculteur.
Publicité