Aller au contenu principal

Agroforesterie
L’arbre : un forestier qui aime les champs

 Des arbres au milieu du blé, une hérésie ? Ça n’a pas toujours été le cas…

Ne jugeons pas l’arbre d’après son écorce, ni d’après sa place dans les cultures. « La grande majorité des écosystèmes naturels sont arborés, c’est une particularité de ne pas en avoir. Ils nous rendent service, ce n’est pas d’hier qu’on les a utilisés ».

Comme le rappelle Yves Gabory, directeur de Mission Bocage intervenu lors de la journée organisée par le Parc Naturel Régional Loire Anjou-Touraine dans le bouchardais, l’agroforesterie est une pratique ancestrale. Sa disparition s’est accélérée après la seconde guerre mondiale, lorsque mécanisation et remembrement ont fait de l’arbre une contrainte. La réflexion est alors à la spécialisation des territoires en monocultures performantes. Seulement, « aujourd’hui on n’est plus sur cette courbe de croissance, on n’arrive plus à progresser, explique Yves Gabory. Nos systèmes sont très basiques et simplifiés, il en existe des plus ingénieux et plus complexes associant plusieurs productions qui autorisent une marge de progrès énorme, avec une meilleure productivité et résistance aux aléas ». Si ces dernières décennies les ligneux ont plus souvent été synonymes de gêne, la tendance commence à s’inverser. L’arrachage devient en effet de plus en plus conditionné ; un revirement qui va de pair avec les enjeux actuels. Et les premiers résultats semblent prometteurs.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Le climat redessine le visage de la forêt
Sécheresses et canicules marquent de leurs empreintes mortifères une partie des essences locales.
Treize nouveaux apprentis viticoles à Amboise
Depuis le 10 janvier, treize adultes sont engagés dans la formation « ouvrier qualifié viticole » au lycée d’Amboise.
Former face à la pénurie de candidats en aide à domicile
Depuis novembre 2020, la MFR Rougemont-Tours forme des assistants de vie aux familles, en partenariat avec l’ADMR qui fait face à la difficult
Une nouvelle provocation des anti-phytosanitaires
Un rapport de la Fondation Nicolas Hulot utilise des chiffres non représentatifs et simplifie l’analyse de la situation, au point de conclure
Nitrates : un nouveau tour de vis en prévision ?
Alors que de nouvelles règles viennent contraindre encore plus l’activité agricole, une évolution de la réglementation sur la pollution des ea
Nappes souterraines : la reconstitution est en cours
Après un mois de novembre très sec, décembre et janvier se caractérisent par une pluviométrie abondante. Ces fortes précipit
Publicité