Aller au contenu principal

Pendant le confinement, les ventes d’oeufs se sont envolées

Confinés, les Français ont acheté en masse farine et oeufs. Des aliments de base pour cuisiner, quand la restauration hors foyer s’arrête. La filière oeufs a fait au mieux pour répondre à un niveau de demande historique.

Entre le 16 mars et le 12 avril, les Français ont acheté 611 millions d’oeufs, soit 44 % de plus que lors de la même période en 2019 (+ 185 millions), rapporte le CNPO (interprofession) dans un communiqué du 4 mai. Le boom de la demande atteint même « + 72 % en réseau de proximité », ajoute l’interprofession, citant des chiffres du panéliste IRI. « Tous les modes d’élevage sont concernés » par cette « demande qui ne faiblit pas et connaît des pics aléatoires ».

 

Le CNPO reconnaît toutefois que « des ruptures isolées » ont pu survenir « momentanément ». En cause, les contraintes liées à la crise sanitaire (perturbations dans les transports, absentéisme dans les usines, manque d’emballages). Mais « l’organisation de la filière et la diversité des modes d’élevage permettent (…) d’assurer l’approvisionnement en oeufs d’origine France », martèle le CNPO.

 

Pour y parvenir, les centres d’emballage « tournent à plein régime » en renforçant leurs équipes et en étendant les horaires de travail, rappelle l’interprofession. Autres mesures prises : le renforcement de l’offre avec des grands conditionnements pour « répondre aux achats massifs », ainsi que la réorientation vers les GMS des « oeufs à coquille brune mais également à coquille blanche habituellement destinés à la restauration ».

 


Les volumes destinés aux marchés et CHR reportés sur les magasins

Témoignages/ Chaque producteur d’oeufs a vécu la situation différemment, en fonction de ses circuits de commercialisation. Un épisode qui incite en tout cas à diversifier ces derniers, par prudence économique.

 

“ Tout le monde s’est rué sur les oeufs, on a eu une très forte demande », confirme Valérie Robert, productrice à Charnizay. Celle-ci n’a pas mis tous ses oeufs dans le même panier, c’est le cas de le dire. Installée depuis 30 ans, elle vend en direct sur les marchés, en demi-gros à des collectivités, restaurants, épiceries, revendeurs, et à des supermarchés. « J’ai d’abord été pénalisée par la fermeture des marchés de Chatellerault et du Blanc. Mais ce qui ne s’est pas vendu sur ces marchés, s’est vendu moins cher en demi-gros, où la demande était beaucoup plus forte que d’habitude. » Sur le marché d’Argenton-sur-Creuse, maintenu, Valérie a dû appliquer les mesures de distanciation en gérant la file d’attente des clients, mais cela n’a pas posé de problème.

 

A Ciran, Florent Le Flèche a été victime d’un timing malencontreux. « On a mis en réforme notre plus gros poulailler, dont on sort 10 000 oeufs par jour, le 10 mars… Et depuis le 15 mars, on rame pour honorer les commandes ! On a pu le remplir à nouveau le 7 avril seulement. On le vide tous les 14 mois, c’est malheureux que ce soit tombé à ce moment-là », déplore le producteur. Ses clients - revendeurs sur le marché, magasins primeurs et quelques GMS -, ont vu leurs commandes incomplètes, le temps de remettre en route le grand poulailler.

 

Là aussi, l’arrêt de marchés a impacté les ventes, volaillers ou fromagers revendeurs ne pouvant monter leurs stands. « Mais il y avait une telle demande dans les magasins, que cela compensait bien au-delà. Il aurait fallu avoir trois plus d’oeufs que ce qu’on avait ». La société Le Fleche a essayé de répartir sa production entre ses clients pour ne léser personne. Habituellement, elle aurait acheté des oeufs ailleurs pour compenser la fermeture du grand bâtiment, mais la mission d’en dénicher est devenue bien plus délicate pendant le confinement.

 

Une filière emballage débordée

Franck Fleury, producteur à Sonzay, a vu ses ventes augmenter et n’a pas été impacté négativement, puisqu’il fournit des revendeurs issus de métiers de bouche : épiceries, boulangers, charcutier… « On a pu honorer toutes les commandes. La demande commence à se calmer un peu depuis début mai, évoque-t-il. Par contre, on a manqué de boîtes d’oeufs. Mais on a simplement remplacé les boîtes de 12 par d’autres de 6. »

 

En effet, les producteurs ont été livrés des précieux emballages, mais aujourd’hui encore, il ne faut pas être difficile sur les modèles. « On a eu de la chance, on avait fait le plein en février, normalement on ne recevra la troisième semaine de mai, j’espère que les stocks tiendront jusque-là », indique Florent Le Flèche. Les délais de livraison, habituellement de 4 semaines, sont actuellement de 10 à 20 semaines. Les usines de fabrication d’emballages ont été débordées par l’ampleur de la demande, le transfert du marché des CHR vers des débouchés destinés aux particuliers, et par les conditions de travail perturbées des équipes et les temps de désinfection des équipements.  

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Le pouvoir réfléchissant des prairies à l’étude
Mieux appréhender l’effet de ses pratiques sur la part de rayons solaires réfléchie par ses prairies peut contribuer à lutter contre le réchau
Viande : l’agneau a toutes ses chances d’avoir la cote
La journée régionale ovine a réuni une soixantaine de personnes le 15 septembre dernier à Nibelle.
Objectif : autoconsommation énergétique
La Touraine compte désormais 14 méthaniseurs dont une unité de co-génération importante et originale dans sa structure, récemment visitée par
Viande bovine : forces et faiblesses d’un atelier bio
Le 22 septembre, la journée Tech&Bio a mis l’accent sur les résultats technico-économiques d’un atelier expérimental bio suivi sur la ferm
La filière porcine cherche des bras
Plus de 30 personnes étaient réunies le 22 septembre dans le sud de la Touraine pour une journée découverte de la production porcine, en vue d
Croqueuses de betteraves
Quand mi-août, le bulletin Herbe et fourrages a parlé d’un essai de betteraves pâturées, d’abord on a cru à une erreur, et puis… on est allés
Publicité