Aller au contenu principal

Elections chambre d'agriculture
Pour une image positive de l’élevage

Initialement secrétaire trilingue, Angélique Marquet déambule aujourd’hui au milieu des chèvres, de la fromagerie et de sa boutique. Un univers dans lequel elle multiplie les occasions de créer du lien.

Sur l’exploitation des grands-parents de son mari, reprise par ce dernier en 1991, Angélique a peu à peu mis la main à la pâte, en s’occupant de la traite et de la partie administrative. Après un congé parental, son affi nité avec les chèvres la conduit à s’installer avec son mari. Un tournant qui a permis l’agrandissement du troupeau. Au moment de la crise dans le secteur, en 2011-2012, le couple décide de créer la fromagerie. « Je me suis formée auprès des autres, en faisant. Mais je suis toujours preneuse de formations, où les échanges sont toujours riches, et où on se donne des conseils entre collègues ». Sur les 1 300 l de lait hebdomadaires, environ 30 % sont transformés en fromages, le reste étant vendu à Agrial. « Ça nous permet de nous adapter, en fonction des variations de production de lait. »

L’agricultrice ne regrette rien. « Ça fait six ans que je suis installée, et, je n’ai pas l’impression de travailler car j’aime ça, ce n’est pas une contrainte. J’aime beaucoup le contact avec les clients ». Angélique accueille les clients dans son magasin de vente directe, à côté de l’élevage et de l’habitation. « Nous faisons souvent visiter l’exploitation, et depuis quelques temps nous accueillons des camping-cars. C’est l’occasion d’expliquer comment on travaille, car les gens ont l’image de l’agricultrice avec une blouse et un fi chu ! En nous rencontrant, ils changent leur image des ruraux. Je voudrais essayer de développer l’agritourisme ». La productrice s’investit aussi localement, en tant que présidente de l’association de quartier. « Je n’aime pas rester dans ma ferme. J’aime participer aux projets collectifs, faire avancer les choses. »

Pour l’avenir, Angélique Marquet prône la vigilance. « Il y a des importations importantes et aussi de gros élevages caprins, notamment dans les Deux- Sèvres. C’est une concurrence qui peut nous fragiliser, même si l’AOP Sainte-Maure-de-Touraine reste un marché de niche, avec une image de qualité. » Selon la productrice, la problématique de renouvellement des générations en élevage caprin se pose en raison de l’image trop négative du métier. Mais en tout cas, les Marquet ont visiblement donné à leurs enfants le goût de l’agriculture, puisque l’une les aide volontiers sur les marchés et pour la moisson, leur aîné veut s’installer en élevage bovins allaitant ou en volailles, tandis que leur deuxième garçon suit la voie de la mécanique agricole.  

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Le Veau bio de Touraine arrive dans les cantines
Après le Grand bœuf en septembre 2021, la filière Veau bio de Touraine vient d’être lancée.
AEB INVESTIT LE MARCHÉ AGRICOLE
Les 71 millions d’euros de CA réalisés par l’entreprise AEB sont majoritairement issus du monde du BTP.
2022 : « une année de transition »
 L’abattoir de volailles et lapins du Sud Touraine est revenu sur une année riche en adaptations, lors de son assemblée générale.
Un beau potentiel mais un profil microbiologique délicat
On se dirige vers un millésime hors normes, très prometteur.
L’algue bleue valorise la chaleur du méthaniseur
Elisabeth et Erwan Couëtoux ont embarqué dans la production de spiruline en 2021.
Un engagement pour dynamiser l’activité locale
À Neuvy-le-Roi, une poignée de bénévoles se sont fédérés pour permettre au comité des fêtes de reprendre vie. Parmi eux, un agriculteur.
Publicité