Aller au contenu principal

Produire ses protéines fourragères en caprin : intéressant économiquement

Produire des fourrages de bonne valeur nutritive pour limiter l’achat des aliments du commerce contribue à développer l’autonomie alimentaire en élevage. C’est particulièrement important en élevage caprin, surtout en zone AOP. Mais économiquement, est-ce intéressant ? C’est la question que se sont posée Richard Bransol et Isabelle Genevier à Veuil (36).

Habituellement, les 150 chèvres du troupeau du du Gaec ferme de la Fringale à Veuil (Indre) étaient nourries avec du foin de luzerne acheté sur la zone AOP. Il fallait ainsi en prévoir tous les ans une centaine de tonnes, soit 12 000 € par an, pour nourrir le troupeau. Dans le cadre du suivi Herbe et fourrages, une douzaine d’hectares de luzerne ont été implantés pour la première fois sur une même parcelle, les semences ayant été financées par le programme.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Le Veau bio de Touraine arrive dans les cantines
Après le Grand bœuf en septembre 2021, la filière Veau bio de Touraine vient d’être lancée.
2022 : « une année de transition »
 L’abattoir de volailles et lapins du Sud Touraine est revenu sur une année riche en adaptations, lors de son assemblée générale.
Une dynamique très positive
 L’abattoir de Saint-Flovier, principalement consacré aux volailles, affiche un bilan très positif et une belle dynamique ces dernières années.
Lucie Oger : le savoir-faire alpin importé en Touraine
Avant de revenir à la ferme familiale, Lucie Oger, 28 ans, a fait des détours.
« Les dégâts auraient pu être bien pires »
La précocité de la récolte du maïs fourrage résulte d’une conjoncture d’éléments liés au climat pour la plupart, explique Augustin Gravier, conseiller
Justine Chauveau : déjà des projets en perspective
Malgré un parcours à l’installation énergivore, Justine Chauveau conserve un optimisme débordant.
Publicité