Aller au contenu principal
Font Size

Que faire des rosés ?

Quand la vie d’un vin ne dure qu’un été, les ventes démarrent en flèche dès Pâques. Sur l’ère noble joué, l’appellation reine des rosés de la Touraine, les vignerons se font du mouron.

Avec l’arrêt de leur destination première, les fameux CHR (comme cafés-hôtels- restaurants), la poignée de vignerons de l’appellation est dans l’expectative. Les mises en bouteilles sont en mode piano-piano, chacun met en œuvre une brochette de solutions techniques et commerciales.

 

Vincent Dupuy alimente son flux habituel, 60 % du volume vendu via la grande distribution où bibs de 5 litres et bouteilles continuent de trouver acheteurs.

 

Tous n’ont pas cette chance. Jérémie Pierru positionné en CHR et sur les particuliers, se concentre sur ce débouché. « J’ai reporté mes portes ouvertes de mars, mais via un mailing, je propose du drive à emporter et des livraisons directes que j’essaie de grouper. » Préoccupation majeure du vigneron-entrepreneur : agir rationnellement sans se disperser. Toutes les hypothèses sont sur la table du viticulteur d’Esvres, y compris la distillation en dernier ressort. « Il faut être réaliste, dans trois mois, le rosé n’intéressera plus les négociants et dans cinq on récolte. Pour l’instant, j’ai fait une petite mise en bouteille, le reste est en cuve pleine à 12 °C avec 22 mg de SO2 libre non dégazé. Je remets en suspension les lies fines. » Jérémie Pierru a reporté la mise, prévue au 15 mai, en juin. Dans les vignes, si la couverture mildiou-oidium restera tendue à 100 % des besoins, il pense alléger les travaux en vert pour réduire les coûts de main d’oeuvre. « Nous avons des cépages retombants nécessitant plusieurs relevages, et bien cette année ils vont retomber un peu. »

 

Et pour le 2020 en devenir, le domaine Pierru fera aussi probablement des choix, avec une orientation vins de garde en malvoisie tranquille mais aussi des mousseux. « La crise sanitaire nous conduit à une remise en question totale. »

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Sorgho : une culture à la rentabilité aléatoire
Certains agriculteurs ont testé avec plus ou moins de succès un type de sorgho.
Cris d’alerte sur le glyphosate
Un courrier commun du réseau FNSEA vient d’être envoyé aux députés qui suivent le dossier glyphosate pour rappeler l’impasse qu’engendrerait s
Objectif moisson 2021: Quel choix variétal en blé?
La Chambre d'agriculture avec le concours de Terres Inovia et d'Arvalis a mis en ligne une série de vidéos accompagnée de fiches pratiques pour déterm
Orges et colza : les rendements font grise mine
Pas folichon le début de moisson. Les rendements orges et colza sont homogènes dans la médiocrité.
Forêt : des échanges toujours à la hausse mais un prix en léger repli
Le prix moyen des forêts non bâties baisse légèrement en 2019.
La vigueur du colza, la réponse face aux ravageurs ?
Terres Inovia évalue depuis trois ans les effets variétaux du colza face aux ravageurs.
Publicité