Aller au contenu principal

AOC touraine : une bouteille sur trois exportée

Stabilité des sorties de chais, baisse marquée des cours du touraine blanc mais une dynamique export qui se confirme, radiographie des marchés de l’appellation touraine.

Assemblée générale de l’appellation touraine à Bourré (41) lundi. A la fin mai, les stocks de l’AOP touraine se révélaient suffisants pour couvrir 20 mois de commercialisation.

De juillet 2020 à mai 2021, vignerons et négociants ont commercialisé davantage de vins en AOP touraine que l’année précédente (+ 8000 hl). Comme l’an dernier la reprise est allée crescendo pour atteindre 127 khl commercialisés fin mai. Les sorties de chais sont au même niveau que l’an passé. Mais pour les initiés, ça signifie la poursuite du recul de la production, continu depuis 2005. En quinze ans, l’appellation touraine a régressé en volume de 66 000 hl, soit une bonne récolte sur mille hectares. Dans ce laps de temps, l’appellation a franchement « blanchi », se tournant résolument vers le cépage sauvignon, la baisse de volume concerne essentiellement les vins rouges. Si touraine amboise et touraine-mesland, appellations rouges, marquent le pas avec 1 % de baisse des sorties de chais sur un an, touraine-chenonceaux, touraine-azay-le-rideau bondissent à près de + 30 % et touraine-oisly d’un insolent + 34 %, toute proportions gardées au niveau des volumes vendus.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Des vignerons formés aux réglages des outils de travail du sol

Une quinzaine de vignerons et salariés viticoles a bénéficié d’une formation pour apprendre à régler de façon optimale les outils de travail du sol

Semis : une mission presque impossible ?

Semer les cultures de printemps constitue cette année un défi dans plusieurs secteurs du département.

« L’employeur doit assurer la sécurité de ses salariés »

Que ce soit pour le risque CO2 ou les autres risques professionnels, l’employeur a un vrai rôle à jouer auprès de ses salariés, comme l’explique Au

Risque CO2 : ventiler et détecter, les deux impératifs

Les accidents liés au CO2 sont malheureusement trop nombreux dans les exploitations viticoles.

Chenonceaux aspire à voler de ses propres ailes

En assemblée générale le 21 mars, les adhérents de l’ODG touraine-chenonceaux ont acté le fait de travailler cette année pour évoluer d’un statut d

Comprendre la puissance du sol

 « Ce qu’on sait sur le sol, c’est qu’on ne sait pas grand-chose ! », lançait Konrad Schreiber, lors d’une formation en agronom

Publicité