Aller au contenu principal

AOC touraine : une bouteille sur trois exportée

Stabilité des sorties de chais, baisse marquée des cours du touraine blanc mais une dynamique export qui se confirme, radiographie des marchés de l’appellation touraine.

Assemblée générale de l’appellation touraine à Bourré (41) lundi. A la fin mai, les stocks de l’AOP touraine se révélaient suffisants pour couvrir 20 mois de commercialisation.

De juillet 2020 à mai 2021, vignerons et négociants ont commercialisé davantage de vins en AOP touraine que l’année précédente (+ 8000 hl). Comme l’an dernier la reprise est allée crescendo pour atteindre 127 khl commercialisés fin mai. Les sorties de chais sont au même niveau que l’an passé. Mais pour les initiés, ça signifie la poursuite du recul de la production, continu depuis 2005. En quinze ans, l’appellation touraine a régressé en volume de 66 000 hl, soit une bonne récolte sur mille hectares. Dans ce laps de temps, l’appellation a franchement « blanchi », se tournant résolument vers le cépage sauvignon, la baisse de volume concerne essentiellement les vins rouges. Si touraine amboise et touraine-mesland, appellations rouges, marquent le pas avec 1 % de baisse des sorties de chais sur un an, touraine-chenonceaux, touraine-azay-le-rideau bondissent à près de + 30 % et touraine-oisly d’un insolent + 34 %, toute proportions gardées au niveau des volumes vendus.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Aspergus, la marque de qualité de Médéric Boisseau
Jeune agriculteur en grandes cultures, Médéric Boisseau est actuellement en pleine saison de l’asperge, pour la deuxième année consécutive.
Que faire face aux colzas défoliés par les pigeons ramiers ?
Depuis deux semaines, de nombreuses parcelles de colza présentent d’importants dégâts de pigeons ramiers.
Témoignage millésime 2021 : de la qualité à défaut du volume
Les 26 à 27 hl/ha récoltés par le domaine Les pierres écrites sont supérieurs aux 20 hl récoltés, en moyenne, sur le territoire de l’appellati
Emballages fruits et légumes : une nouvelle réglementation difficilement applicable
Le décret publié le 12 octobre 2021 qui émane de la loi anti-gaspillage de janvier 2020 est entré en application ce 1er
Dégâts de gibier : l’agrainage interdit en Touraine
Devant l’envolée du coût des dégâts, les risques de collisions routières liés à la présence trop importante de sangliers, la DDT a décidé d’in
Témoignage viticole : "une année éreintante"
Une campagne sans vendanges, on fait comment ?
Publicité