Aller au contenu principal

Maraîchage urbain
Une idée sacrément perchée

Produire des fruits et légumes avec vue aérienne sur le coeur de ville, c’est ce qui attend le candidat qui sera retenu pour donner vie à l’espace-test des Jardins perchés, à Tours.

La ville grignote les espaces agricoles. Et si l’agriculture grignotait un peu la ville ? Entre deux géants du fast-food, ou encore le leader de l’équipement sportif, un espace maraîcher s’apprête à voir le jour, avec vue imprenable sur la zone commerciale de Tours nord. La serre en construction de 700 m2 se situe en effet sur le toit de trois bâtiments de trois étages, ce qui a d’ailleurs demandé une expertise pointue sur les questions d’étanchéité et de poids. Tours Habitat, le porteur de projet choisira entre cultiver avec de la terre au sol ou avec un système d’aquaponie, en agriculture conventionnelle - le bio n’étant pas possible sans relation avec le sol.

« Fermes d’avenir » a été maître d’ouvrage sur la partie des besoins agricoles. La structure fermée sera recouverte de polycarbonate opaque au sommet, et plus clair sur les côtés. Un local de stockage prendra place à côté de la serre, et un monte-charge et un palan faciliteront l’approvisionnement du lieu. Du côté de l’arrosage, une rétention d’eau à côté de l’immeuble collectera les eaux pluviales et devrait subvenir à trente jours de sécheresse. Si cette collecte n’était pas suffisante, un forage est de toute façon prévu. En revanche, aucun système de chauffage n’a été demandé au cahier des charges, au regret de l’Agrocampus, ce qui va limiter le choix dans les productions.

L’Agrocampus Tours-Fondettes a décroché l’appel d’offres et devra trouver un maraîcher pour étrenner cet espace-test d’un nouveau genre. Le système de couveuse avec Acéascop sera le même que pour l’espace-test située à Fondettes, tout comme le parcours de recrutement (voir article ci-dessus).

Cette exploitation maraîchère, installée symboliquement en ville, comprendra un volet social. La volonté est en effet d’impliquer les habitants et les associations de quartiers dans la démarche de ces « Jardins perchés », pour les sensibiliser à l’agriculture et à l’alimentation locale. Il est prévu que de nombreux aspects viendront se greffer autour de cet espace maraîcher, telles qu’une petite ferme pédagogique, ainsi qu’une salle de formation et un point de vente maraîcher, au sous-sol du bâtiment. La construction a été optimisée pour avoir un maximum d’espace agricole autour. Ainsi, 1 000 m2 d’espaces cultivables complèteront la serre, en bas de l’immeuble, pour des cultures maraîchères et des vergers.

« Le but est que le producteur soit autonome avec une activité rentable, pour rendre le modèle reproductible, note Stéphane Barmoy, directeur d’exploitation à l’Agrocampus. C’est principalement un but social, une démarche économique au profit du social. Le maraîcher devra trouver des pistes rémunératrices pour pérenniser son exploitation. » L’ensemble immobilier devrait être livré fin 2019. Et si le projet se révélait, au final irréalisable ? Pas de problème : « Nous avons prévu que le système soit réversible a précisé Jacques Letarnec, vice-président de Tours Métropole en charge du dossier, à Ferme expo. Le toit reviendra à sa fonction initiale en cas d’échec, il n’y aura pas de dépenses inutiles. »

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Trop c’est trop, rendez-vous le 19 janvier à Tours !
Les distorsions de concurrence, les pertes de surfaces exploitées, les obligations d’investissement pour répondre à la surrèglementation franc
ZNT fossés : 2 300 ha perdus pour l’agriculture
La nouvelle carte ZNT applicable en Indre-et-Loire se traduirait par une perte d’environ 2 300 ha de surfaces cultivées. La
Promotion de l'emploi agricole : des employeurs et salariés en phase
L’Anefa Centre-Val de Loire, qui promeut l’emploi agricole, a renouvelé son bureau.
L’interdiction de traiter pendant la floraison reportée
Après la mobilisation du réseau FNSEA et des parlementaires de terrain, Matignon a arbitré pour un report de l’examen du projet d’arrêté prévo
Plan de relance : déposer son dossier au plus vite
Certains dossiers peuvent déjà être déposés par internet dans le cadre des aides du plan de relance.
Plan pollinisateurs, la vengeance de Pompili ?
Dans le cadre d’un plan de protection des pollinisateurs le ministère de la Transition écologique veut rendre très complexes les traitements f
Publicité