Aller au contenu principal

MFR de La Croix en Touraine
CAP Sapver : "c'est un cursus très professionnalisant"

Nicolas Breton, moniteur à la MFR, décrit le CAP Sapver (Services aux personnes et vente en espace rural) proposé à La Croix en Touraine. Un cursus multi-compétences qui accompagne les jeunes vers le monde professionnel.

Ayant été 6 ans responsable d’une classe de CAP Sapver, Nicolas Breton connaît bien son sujet. Il revient sur la logique de ce diplôme, et sur ses atouts sur le marché du travail.

 

Comment décririez-vous le contenu du CAP Sapver ?

N.B. : C’est une formation relativement générique, puisque trois domaines professionnels sont abordés : vente, petite enfance et personnes dépendantes (âgées ou handicapées). Les élèves découvrent ces domaines de façon théorique : développement de l’enfant, sénescence chez les personnes âgées, fonctionnement d’un magasin, communication avec les clients... Ils étudient ces trois domaines lors de la première année, puis choisissent celui qu’ils préfèrent et dans lequel ils feront deux stages en 2ème année. En 1ère année, on les prépare au monde professionnel, pour qu’ils puissent s’adapter. En 2ème année, on est plus dans l’orientation, la spécialisation dans leur domaine de prédilection.

 

En quoi est-il adapté aux besoins du marché du travail ?

N.B. : C’est un cursus très professionnalisant, avec ses 24 semaines de stage par an. En sortant, les jeunes sont employables rapidement. Ce diplôme leur donne plusieurs domaines de compétences. Il est ouvert, car le temps de trouver un emploi ou de poursuivre des études dans un domaine, ils peuvent bifurquer, utiliser d’autres de leurs compétences.

 

En quoi prépare- t-il les jeunes au monde du travail ?

N.B. : Avec ce CAP, les jeunes vont entrer dans le monde professionnel progressivement, de façon moins violente que pour quelqu’un qui doit chercher du travail après un bac par exemple. Ça leur laisse le temps de découvrir tout ça avec un peu plus de bienveillance et d’accompagnement. Ce CAP les aide aussi à choisir, car ils vont toucher à tout pendant les stages. Ça leur permet parfois de découvrir quelque chose qu’il n’aurait pas imaginé mais qui finalement leur plaît. Par exemple, dans le secteur des personnes âgées, ils peuvent participer à la restauration, l’accompagnement, l’animation. Et même s’ils restent sur leurs premières amours, c’est toujours une carte de plus à jouer sur un marché de l’emploi plutôt tendu.  

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Hier, « la chasse » aux engrais

Jusqu’il y a peu, le fumier était perdu pour les terres agricoles.

Des aménagements agricoles positifs pour la qualité de l’eau

 Pour préserver la qualité de l’eau, certains agriculteurs vont au-delà des obligations légales.

L’occasion de s’engager pour bénéficier de crédits carbone

 Les agriculteurs en grandes cultures intéressés pour réduire leurs émissions de CO2 et bénéficier de crédits carbone sont invités à se manife

Une plantation expérimentale de douze cultivars en Loir-et-Cher

Une plantation multiclonale de peupliers a été mise en place voilà deux ans à Noyers-sur-Cher (41).

Une journée départementale caprine riche en informations pour les éleveurs

Mycoplasmes, déclarations de mouvements, point sur la filière AOP, subventions… Les éleveurs caprins ont fait le plein d’informations utiles lors d

Ibrahima Ndiaye, vendeur d’aliments du bétail à Dakar

Jeune Sénégalais, Ibrahima Ndiaye commercialise toutes sortes d’aliments du bétail dans le quartier Yoff, au nord de Dakar.

Publicité