Aller au contenu principal

Restauration collective
Comment s’approvisionner localement ?

Dans le cadre du plan alimentaire départemental, la chambre d’agriculture 37 a informé les acteurs de la restauration collective sur les différentes possibilités de se fournir auprès des producteurs locaux.

Depuis 2022, les collectivités locales ont l’obligation de garantir au moins 50 % de produits durables et de qualité - dont 20 % bio - dans les repas servis en restauration collective*. Un seuil qui passera à 60 % pour les viandes et poissons d’ici le 1er janvier 2024, 

Pour inciter à l’approvisionnement local, la chambre d’agriculture, en partenariat avec l’Agence départementale d’aide aux collectivités locales 37 (Adac 37) et l’association des maires d’Indre-et-Loire, a invité les élus locaux à une réunion d’information. 

Il s’agissait de leur donner des éléments pour introduire l’achat local sans tomber dans le piège de la préférence géographique (interdite).

Pour acheter des denrées pour un montant d’au moins 40 000 euros HT, une obligation de publicité et de mise en concurrence doit être respectée. Pour les marchés d’au moins 215 000 euros HT, passer un appel d’offres est obligatoire.

 

Sourcing, mini lots…

Or, les denrées locales ne font pas nécessairement partie des produits « durables et de qualité ». Des leviers existent cependant pour intégrer des produits de proximité et de circuits-court dans les approvisionnements de prestations de services.

Le sourcing d’abord a toute son importance. « Cela consiste à demander aux producteurs locaux les caractéristiques de leurs produits pour les indiquer dans l’appel d’offres, de sorte que les fournisseurs en question puissent correspondre », explique Lucie Champion, chargée de mission projet alimentaire territorial et restauration collective à la CA 37.

Il est possible aussi d’isoler des mini lots pour que les petits producteurs puissent répondre. Evidemment, les familles de produits doivent correspondre à celles disponibles localement. « Si l’on cherche du jus de pomme, on aura plus de chance d’avoir des réponses de fournisseurs locaux que si on demande du jus d’ananas ! », illustre Lucie Champion.

 

Demander des comptes au prestataire

La plateforme « Mangez Touraine », qui met en lien producteurs et professionnels de l’alimentation, peut par ailleurs constituer un bon outil. Les fournisseurs y indiquent les denrées disponibles et les commandes s’effectuent en ligne.

Le suivi des objectifs s’effectue chaque année, il prend la forme d'un bilan élaboré au plus tard le 31 mars de l'année suivante, transmis par télédéclaration (plateforme Ma Cantine). C’est au prestataire de télédéclarer si cela a été notifié dans le marché passé avec eux. Il est donc important de penser à le prévoir par écrit.

« Les restaurations qui fonctionnent avec un prestataire sont en droit de demander des comptes à ce dernier ; la liste des producteurs avec lesquels ils ont travaillé, un décompte avec la provenance des produits. La collectivité a le pouvoir à ce niveau-là, elle peut exiger des preuves du respect de la réglementation Egalim », souligne la chargée de mission. Il convient donc de mettre en place une méthode de suivi et d’évaluation.

Il est à noter que l’Adac 37 peut conseiller et accompagner les collectivités territoriales, notamment dans la passation de leurs marchés de services de restauration par un prestataire extérieur.

*La restauration collective regroupe la restauration scolaire, médicosociale (hôpitaux, maisons de retraite…), d’entreprise ainsi que les prisons, l’armée, les centres de loisirs…

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

UN PROJET DIMENSIONNÉ COLLECTIVEMENT

Les adhérents du GDA Sud-ouest Loire ont eu l’occasion de visiter l’unité de méthanisation SAS Méthaconnect, mise en place par quatre associés au L

ACQUÉRIR UN ROBOT NETTOYEUR À PLUSIEURS

A cheval sur les départements de l’Indre et du Cher, le GIE Boischaut Energie met à disposition de ses adhérents un robot spécialement pensé pour n

La Ferme des Bertrand ou la vraie vie des paysans

Le réalisateur Gilles Perret a suivi la vie de ses voisins fermiers.

Comprendre la puissance du sol

 « Ce qu’on sait sur le sol, c’est qu’on ne sait pas grand-chose ! », lançait Konrad Schreiber, lors d’une formation en agronom

Le b.a.-ba des règles de droit du travail applicables

A l’occasion d’une journée organisée par la FRCuma, les règles de droit du travail à respecter par les Cuma employant des salariés ont été rappelée

EducavErt : une nouvelle identité pour les lycées agricoles dE chambray Et amboisE

Les lycées agricoles de Chambray-lès-Tours et Amboise renforcent leur synergie et leur identité commune.

Publicité