Aller au contenu principal

Lycée agricole d'Amboise
"La mise en pratique donne du sens à ce qu'on apprend"

La première promotion du BTS viticulture oenologie du lycée agricole d’Amboise s’est ouverte en septembre dernier. César Delorme en fait partie et ne regrette pas son choix, ni sur le fond, ni sur la forme.

César Delorme apprécie la cohérence dans l’organisation des cours, qui sont dispensés en fonction de la saisonnalité des travaux sur l’exploitation.

Deux semaines en cours, deux semaines en entreprise, voilà le rythme du nouveau BTS viticulture-oenologie en apprentissage au lycée agricole d’Amboise. Après une année de fac de sport l’an dernier, César Delorme, 19 ans, est entré dans cette première promotion de 10 apprenants à la rentrée dernière. « J’avais besoin de concret, de me faire une expérience professionnelle. Donc je voulais absolument que ce soit en apprentissage », glisse-t-il. La viticulture est un choix guidé par la curiosité. « Je trouve que la connaissance du vin a un côté très intéressant, de voir le fruit de son travail m’attirait aussi, continue-t-il. Et j’avais envie de travailler dehors et d’avoir un travail plutôt physique. »

Avec la rentrée en septembre, les élèves commencent par la fin : les vendanges. « C’était une période intense. Tout de suite, j’ai appris à faire des échantillonnages, à trier, à reconnaître les maladies... », se souvient le jeune homme.

Pour trouver un maître d’apprentissage, son réseau lui a facilité la tâche. Le frère d’un de ses amis, Guillaume Frey, s’est en effet récemment installé sur le Domaine du Clos Thierrière à Vernou-sur-Brenne. Il l’embauche, et César suit à la trace Nelson, le maître de culture de ce domaine bio en AOC vouvray. « L’équipe du domaine est jeune. Ils sont très pédagogues avec moi. Au début, ils m’ont beaucoup pris par la main, et maintenant ils me font confiance, sur des travaux de taille par exemple », se réjouit l’apprenti.

HÂTE DE PRATIQUER EN CAVE

Pour l’instant, César est beaucoup plus dans les vignes que dans le chai, mais attend avec curiosité de découvrir la vinification « en vrai » l’an prochain. « J’ai hâte de comprendre l’oenologie de façon pratique. Avec cette partie, j’aurai vu tout le processus du vin. »

Au-delà des périodes en entreprise, le jeune homme a été séduit par la polyvalence du diplôme et du métier. « Le fait que ce diplôme et le métier de vigneron mêlent la viticulture et l’oenologie fait qu’il n’y a pas de routine, et c’est ce que je recherchais, explique César. C’est très dense quand on arrive sans connaissance du milieu, ça fait d’ailleurs un peu peur au début ! »

Les enseignements théoriques du BTS respectent le cycle des travaux en exploitation. « Nos cours sont cohérents avec ce qu’on pratique en entreprise au même moment. Je travaille mes cours, et cette partie théorique aide beaucoup pour mettre en pratique ensuite. Ça donne du sens à ce qu’on apprend. »

César ne s’est pas fixé de métier précis. « Ce BTS est sécurisant car il y a beaucoup de demande pour de tels profils de salariés. J’aimerais en tout cas me forger une expérience à l’étranger, pour découvrir une autre culture, une autre façon de travailler. » Pour l’instant, l’apprenti ne vise pas l’objectif de s’installer un jour. Il ne ferme pas non plus la porte à la poursuite d’études, dans la commercialisation du vin par exemple. L’avenir le guidera.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Plan loup : l’Indre-et-Loire passe en zone de veille

Qu’on se rassure ! Aucun loup n’a été observé dans le département récemment.

Cas de force majeure, mode d’emploi

 Pour éviter de perdre l’accès aux aides Pac, en plus des pertes de marges liées aux excès de pluie, les exploitants concernés doivent faire v

Frelons asiatiques : c’est maintenant qu’il faut piéger !

La reine est la cible à atteindre en cette saison.

DES CLÔTURES PERMANENTES POUR GAGNER DU TEMPS

Alexandre Carrion, éleveur charolais à Briantes dans l’Indre, est utilisateur de clôture fixe sur son exploitation.

LA FERTILISATION PK : UN POSTE À NE PAS SOUS-ESTIMER

Pour faire face aux sécheresses, au manque de fourrage l’été, il est nécessaire de viser un volume de qualité lors des fauches de printemps.

Des sangsues et des étangs

Jusqu’au milieu du XIXe siècle, la sangsue était très prisée par la médecine.

Publicité