Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Filière volailles
L'abattoir de Saint-Flover en quête d'équilibre

L'abattoir de Saint-Flovier se restructure depuis un an, avec l'arrivée de nouveaux producteurs à sa tête. Un seul but : pérenniser l'outil.

Anthony Beunet, le nouveau président de l'abattoir de St-Flovier, est installé à Truyes depuis le printemps dernier.

L'outil d'abattage de volailles et de lapins de Saint-Flo-vier, dans le Sud Touraine, est indispensable au maintien de la filière dans le département, mais sa gestion n'est pas toujours simple. A la présidence, Bernard Migné a laissé sa place à Anthony Beunet. Ce jeune éleveur de volailles bio s'est installé au printemps dernier à Truyes. Il commercialise en vente directe 5 000 volailles et 250 poules et représente pour cette raison l'un des utilisateurs principaux de l'abattoir, avec son voisin Michel Revault et Eric Gillet d'Esvres-sur-Indre.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Pendant le confinement, les ventes d’oeufs se sont envolées
Confinés, les Français ont acheté en masse farine et oeufs. Des aliments de base pour cuisiner, quand la restauration hors foyer s’arrête.
Vers un rebond du lupin blanc ?
Le lupin libère le phosphore.
Changement climatique : l'adaptation nécessaire des bâtiments
Le climat change et les équipements doivent suivre pour faire face à de nouvelles situations.
Tours de manège fatals aux corbeaux
Et pan sur l’apex…et PAN-PAN sur le bec. Quand le cauchemar du petit tournesol devient une tragédie de corneilles.
Fourrages : une campagne précoce plutôt bien lancée
Les rendements en quantité sont dans l’ensemble très corrects, et la valeur alimentaire semble là aussi.
La filière laitière appuie sur les freins
Le monde du lait est tout entier mobilisé pour revenir à la normale avec le moins de dégâts collatéraux possible.
Publicité