Aller au contenu principal

Culture légumière
Une approche système pour l’asperge

Bien que protégée sous sa butte de terre, l’asperge n’échappe pas à la remise en question de son mode de culture. De nouvelles stratégies impliquant la plante dans son environnement tellurique apportent des réponses intéressantes.

Lors des Asparagus Days d’Angers, Thierry Picaud, du cabinet conseil Medinbio (1), a présenté une nouvelle approche système pour la culture de l’asperge. « C’est un challenge à relever qui met en oeuvre trois stratégies basées sur la dynamique d’un sol vivant, les stimulations des défenses de la plante et les traitements. » A l’image des réussites obtenues avec la phytothérapie en santé animale (aviculture), le consultant prône une approche globale multidisciplinaire. De nombreuses substances naturelles, vivantes ou inertes, ont été identifiées comme autant d’éliciteurs tonifiant les défenses ou agissant directement sur les ravageurs ou les maladies.

 

Thierry Picaud en nomme une trentaine allant des phénols aux huiles essentielles, en passant par les Trichoderma ou les Bacillus, mais aussi des saccharides, des anti-oxydants, des préparations naturelles non précoccupantes (PNNP) à base de prêle, d’algues, d’orties et de tanins.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Transmission du métier de vigneron : du réel au virtuel
A 25 ans, Emile Coddens, second de chai au domaine Plou et fils à Chargé, fait le buzz sur la toile.
Aspergus, la marque de qualité de Médéric Boisseau
Jeune agriculteur en grandes cultures, Médéric Boisseau est actuellement en pleine saison de l’asperge, pour la deuxième année consécutive.
Que faire face aux colzas défoliés par les pigeons ramiers ?
Depuis deux semaines, de nombreuses parcelles de colza présentent d’importants dégâts de pigeons ramiers.
Témoignage millésime 2021 : de la qualité à défaut du volume
Les 26 à 27 hl/ha récoltés par le domaine Les pierres écrites sont supérieurs aux 20 hl récoltés, en moyenne, sur le territoire de l’appellati
Emballages fruits et légumes : une nouvelle réglementation difficilement applicable
Le décret publié le 12 octobre 2021 qui émane de la loi anti-gaspillage de janvier 2020 est entré en application ce 1er
Dégâts de gibier : l’agrainage interdit en Touraine
Devant l’envolée du coût des dégâts, les risques de collisions routières liés à la présence trop importante de sangliers, la DDT a décidé d’in
Publicité