Aller au contenu principal

Bois énergie
Le bois, un bon complément aux grandes cultures

Chez les Flaman à Genillé, on fait de la plaquette forestière de qualité et locale, en complément de l’activité céréalière.

Quand on rencontre Pierre Flaman pour la première fois, il plante le décor très directement : « Ici vous êtes avant tout sur une exploitation céréalière, nous sommes agriculteurs. Mais c’est vrai que quand je me suis installé, il y a environ 10 ans, nous avons cherché une activité complémentaire. Sur notre territoire de Loches sud Touraine, les acteurs locaux avaient envie de lancer la filière bois énergie, mais il n’y avait pas de chaudière car pas de plaquette et on ne produisait pas de plaquette, car il n’y avait pas de chaudière ». Bref un plan local de développement a décidé de financer des chaudières, des collectivités ont joué le jeu et en ont implanté une dizaine, pour chauffer les écoles, les salles des fêtes, les pompiers, etc. La filière d’approvisionnement a ainsi pu s’organiser.

Pierre avait alors son projet d’installation : « nous avons fait le choix de la plaquette forestière de qualité, elle est bien calibrée avec une humidité rigoureuse ». Les marchés sont diversifiés (collectivités, particuliers, agriculteurs…) car tous les produits sont valorisés : lors du criblage, on enlève les grosses et les petites granulométries. Les fines partent à Orléans pour faire du granulé, les gros morceaux sont vendus sur place aux particuliers pour les barbecues. Ils peuvent aussi venir acheter du paillage ; là les essences sont triées. « Pour les plaquettes nous valorisons tout type de bois, on donne ainsi de la valeur à des gisements qui n’avaient pas de débouchés, il y a encore 10 ans : les coupes de bords de routes, les bois de particuliers, les fins de stocks des forestiers, les apports des paysagistes, etc. », explique le jeune chef d’entreprise. Il se plaît à étayer l’économie circulaire mise en place.

L’activité est enfin rentable, depuis 2 ans, avant c’était les céréales qui finançaient l’activité bois énergie. Ça fonctionne car la ressource est disponible à proximité. « Si on va chercher du bois à 100 km, on double son prix », expose Pierre Flaman. C’est rentable aussi, grâce à la réflexion sur la complémentarité du matériel sur les deux activités. « Ici nous travaillons hors coopérative, les céréales sont ainsi stockées dans les mêmes bâtiments que le bois, idem pour les remorques ». Les seuls investissements spécifiques ont été le trieur et la remorque forestière. En 2018, la société va produire 1 500 tonnes de bois déchiqueté. Ils peuvent produire jusqu’à 1 800 tonnes, au-delà il faudra un nouveau bâtiment ; mais pas tout de suite, car le dernier bâtiment neuf n’est même pas encore raccordé à l’électricité. Et puis, il faut garder du temps et de l’énergie pour les grandes cultures ; « ce mois-ci, j’ai aussi 700 tonnes de blé à expédier », relate l’homme pressé.  

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Vignes et vergers : un millésime cueilli au nid par le gel
Comme à chaque fois, il est encore un peu tôt cette fin de semaine pour avoir un bilan précis des dégâts de gel.
La patate douce, une culture pas si simple
La patate douce a le vent en poupe, elle est très demandée par les consommateurs et les jardiniers sont de plus en plus nombreux à l’inviter a
Un enjambeur électrique autonome en test depuis 2 ans à Quincy
Un robot viticole électrique est en expérimentation dans le vignoble de Quincy dans le Cher pour les travaux du sol. Les vig
ZNT riverains : les jachères mellifères SIE, un levier avantageux
La jachère mellifère peut représenter une solution intéressante pour valoriser les zones de non-traitement.
Maïs fourrage : les engrais de ferme limitent les coûts de production
Utilisés à bon escient, les engrais de ferme, fumiers et lisiers, sont très bien valorisés par le maïs fourrage.
Irrigation : un structurateur d'eau en sortie de forage
Réorganiser la molécule d’eau d’irrigation et la rendre plus assimilable, bienfaisante pour les plantes cultivées, c’est le crédo des fabrican
Publicité