Aller au contenu principal

Le label Grand boeuf est lancé !

La filière locale bovine a lancé un nouveau label appelé « Grand boeuf », dont la viande est notamment destinée aux restaurants des collèges départementaux. Une démarche qui suscite l’adhésion de tous les acteurs.

Le 8 septembre, les charolaises de Julien Boudevin à Villiers-au-Bouin ont vu défiler les acteurs de l’agriculture tourangelle et de la filière bovine, à l’occasion du lancement de la filière Grand boeuf. « C’est une grande journée pour nous dans le département », à introduit Richard Courtigné, élu chambre d’agriculture et cheville ouvrière du dossier.

 

Après deux animaux tests, les collégiens du département vont pouvoir manger de la viande label Grand boeuf, issue d’animaux élevés dans le département. C’est le résultat d’une forte mobilisation du conseil départemental et de la chambre d’agriculture pour faire aboutir le dossier. Une étape importante mais, pour Fabienne Bonin, vice-présidente de la chambre d’agriculture, « il reste beaucoup de travail à faire, pour soutenir l’élevage et notamment maintenir des vétérinaires en milieu rural. »

 

PREMIÈRE ÉTAPE DU PROJET ALIMENTATION

Dans l’assiette des collégiens, le boeuf local est le premier morceau du projet alimentation, du conseil départemental, qui prévoit 50 % de produits locaux d’ici 2022, répondant ainsi aux exigences de la loi Egalim. « Avec mon prédécesseur Jean- Pierre Gaschet, on a peut-être commencé par le plus difficile », a expliqué Alain Anceau, élu référent du dossier au conseil départemental. Il a fallu structurer la filière pour travailler sur un label, tout en préservant le confort de travail des cuisiniers. Ainsi, des investissements en matériel ont été nécessaires. « Les objectifs politiques que nous avons au département ne fonctionneront que si tout le monde tient son rôle », a rappelé l’un des maires présents. On ne peut pas parier dans la durée, mais tous les acteurs de la fourche à la fourchette étaient bien là, plein d’enthousiasme pour le lancement du label Grand boeuf dans le département. Des éleveurs labellisés aux cuisiniers, en passant par le technicien aliment et le transporteur des animaux.

 

Depuis les premières réunions en décembre à la chambre d’agriculture pour expliquer la démarche aux éleveurs, le travail a été colossal. Vingt-deux fermes sont déjà labellisées, leur accompagnement technique est en place, le ratio d’aliment de finition homologué Bleu-Blanc-Coeur dans les auges. Les adolescents tourangeaux vont bientôt se régaler !


 

O Le cahier des charges du label

Un cahier des charges Label rouge s’applique, pour des animaux multi-races pâturant au moins 7 mois de l’année. Les aliments doivent être sans OGM, avec une ration de finition enrichie en Oméga 3 et labellisée Bleu-Blanc-Coeur. Les animaux doivent être abattus entre 30 et 108 mois pour les femelles et entre 30 et 48 mois pour les boeufs, avec un poids minimum de 350 kg pour les femelles et 380 kg pour les mâles et une conformation d’au moins R. Les éleveurs intéressés peuvent encore rejoindre la démarche en contactant la chambre d’agriculture. Le gain net est estimé à 150 € par animal par rapport aux prix du marché.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Le Veau bio de Touraine arrive dans les cantines
Après le Grand bœuf en septembre 2021, la filière Veau bio de Touraine vient d’être lancée.
2022 : « une année de transition »
 L’abattoir de volailles et lapins du Sud Touraine est revenu sur une année riche en adaptations, lors de son assemblée générale.
Une dynamique très positive
 L’abattoir de Saint-Flovier, principalement consacré aux volailles, affiche un bilan très positif et une belle dynamique ces dernières années.
Lucie Oger : le savoir-faire alpin importé en Touraine
Avant de revenir à la ferme familiale, Lucie Oger, 28 ans, a fait des détours.
« Les dégâts auraient pu être bien pires »
La précocité de la récolte du maïs fourrage résulte d’une conjoncture d’éléments liés au climat pour la plupart, explique Augustin Gravier, conseiller
Justine Chauveau : déjà des projets en perspective
Malgré un parcours à l’installation énergivore, Justine Chauveau conserve un optimisme débordant.
Publicité